Renaissance

Renaissance

Classé dans : Sur mes pas | 0

L’Histoire d’Europe est une histoire riche. Riche en créations, destructions et rebondissements. Ce sont des siècles d’échanges et de guerres. Des dizaines de cultures qui sont nées, se sont cotoyées, ont appris les unes des autres et se sont détruites. Les raisons pour faire la paix sont aussi nombreuses que pour faire la guerre. Mais les hommes belliqueux ont toujours levés des armées. Poussant ainsi des milliers d’hommes contre autant de leurs semblables. Donnant toujours plus de travail à la terrible faucheuse. La finalité ? Des terres et des richesses, pour des choses qu’on amène de toute façon pas dans l’au-delà. Quel gâchis !

Ces ères se succédant ont fait de l’art de la guerre l’art le plus utilisé. Et l’Homme n’a pas été sans imagination. Il a inventé des armes de plus en plus efficaces, passant du simple arc aux terribles canons. L’Homme transperce, découpe, déchiquète, lacère, brûle, empoisonne, explose, détruit, annihile. Les corps sont faibles et fragiles, ils ne peuvent résister à de telles épreuves. Celui qui subit n’est pas le seul à souffrir. Derrière chaque mort c’est une famille et des amis qui pleurent le nouveau défunt. A la vague de soldats succède une vague de larmes. Inévitablement la tristesse envahit les coeurs. Malheureusement, trop souvent, la colère et la haine remplacent la tristesse ; appelant les hommes à la vengeance, faisant des défenseurs les assaillants et des assaillants les défenseurs. Les siècles passent et on ne sait plus qui est qui. Un jour tombe cette terrible vérité.

« Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts. »

Isaac Newton

Chacun s’enferme, chacun élève des murs pour se protéger. Et parce-que la sécurité c’est la liberté, les plus riches ont fait construire de somptueux châteaux aux ornements de leur famille. Symbole de richesse, de puissance mais aussi de repli sur soi-même. Ils ont même fait de ces prisons dorées un idéal de vie et de la vision nombriliste un moyen pour juger. Oubliant les autres, ceux derrière les murs. Ni meilleurs, ni moins bons, ils ont eux aussi quelque chose à offrir, un point de vue à partager. Oubliant les murs-mêmes. Visibles ou invisibles, ils s’en accoutument et ne les remettent plus en question.

Voilà comment pendant des siècles les Hommes ont façonné leur monde. Mais je crois qu’aujourd’hui l’envie de tourner une page de l’Histoire se fait ressentir. Un nouveau monde peine à apparaître. Une renaissance sous le signe de la compassion et de l’altruisme, une nouvelle ère pourrait voir le jour… très prochainement.

A bientôt
PS : Photo prise près de Lisbonne.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.