Vous voici à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine. Ce pays plus connu, malheureusement, pour sa récente guerre plutôt que pour sa culture, son savoir-vivre ou encore ses paysages magnifiques. En effet Sarajevo est notamment connu pour le siège qu’elle a subi, le plus long de l’époque contemporaine soit quatre ans, et pour avoir marqué une guerre qui engendrera l’implosion de l’ex-Yougoslavie. Aujourd’hui encore elle en garde des séquelles. Il n’est pas rare de croiser des bâtiments en ruine, dans le cimetière principal les tombes sont à perte de vue; le plus triste selon moi reste le cimetière des enfants…

Mais comme partout la vie reprend ses droits. Au petit matin, la prière et dite depuis les minarets de la ville. C’est une première pour moi n’étant jamais été dans une ville de confession principalement musulmane. Je ne comprends pas les paroles mais je peux tout de même capter le caractère sacré de ce chant. Après m’être préparé je sortis de l’hôtel pour rejoindre le cœur de Sarajevo. Un grand marché où se côtoient magasins et restaurants, à l’intérieur se trouve une mosquée où l’on peut voir des personnes prier. Au milieu de ses bâtiments à un étage voire deux, on y voit très bien le ciel. Je n’ai vraiment pas l’impression d’être dans un quelconque centre ville. C’est ici que je mange mon premier cévapi, plat typique de la Bosnie et de l’ensemble des Balkans. Ce sont des boulettes de viande hachée servies dans un pain rond contenant aussi des lamelles d’oignon et du kajmak (fromage frais entre la crème fraiche et la sauce blanche). C’est très bon !

Non loin de là j’ai découvert un bar des plus surprenants. Le Goldfish, derrière le nom anglais se cache en réalité un bar dont les propriétaires sont fans de la culture française. Des livres de Balzac, Simone de Beauvoir, Voltaire et bien d’autres auteurs sont entassés sur des meubles datant de nos arrières grands-parents. On y trouve des vieilles radio, des bijoux finement taillés, des vieux billets, des bouteilles de vins pleines… De quoi faire faire un retour au pays à n’importe quel français le temps de siroter une bière.

Je finis mon périple en grimpant sur la colline surplombant la ville de Sarajevo, d’où j’ai pu faire de magnifiques photos. De là, la vue est incroyable, on voit les nuages qui s’effacent pour laisser place à un ciel bleu.

  • Appareil photo : Fujifilm S3200
  • Période : Eté
  • Année : 2012

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.