1 – Le mythe du lac Titicaca

À 3800 mètres au-dessus du niveau de la mer, le lac Titicaca est le plus grand lac aussi haut perché dans le monde. Un beau lac paisible sur lequel il est bon de voguer, de laisser ses pensées divaguer. En fait, ce lac est si grand qu’il est semblable à une mer, sauf qu’on peut boire l’eau. Le lac Titicaca est une grande source, il a nourri et nourrit encore de nombreux êtres. On peut voir divers poissons et oiseaux (empaillés) liés à cette immensité d’eau au musée Royhedi au bord de Puno.
Est-ce pour son pouvoir de création que le lac a suscité de nombreuses croyances ? Sûrement, le plus connu étant le mythe inca, déjà évoqué dans l’article Le lac et l’île de Taquile. Pour rappel, d’après la légende, le dieu Soleil Inti envoya un jeune couple sur Terre, Mama Ocllo et Manco Capac. Tout comme le soleil se lève au-dessus du lac, le couple est sorti des eaux dans le but de civiliser le monde. C’est ainsi que Manco Capac devint le premier Inca (chef) et construit les bases de ce qui deviendra le plus grand empire d’Amérique du sud. Lac Titicaca veut dire puma gris, un animal emblématique dans la mythologie inca et plus largement dans la mythologie andine. Le puma représente la force, la force des êtres vivants, dont les humains. Dont le jeune couple qui créera l’empire Inca.

 

 

2 – Les habitants du lac

Au fil des siècles, un certain nombre de cultures se sont installées au bord du lac Titicaca, source de vie. C’est le cas des Tiwanaku, des Collaos, des Incas évidemment et bien d’autres. Aujourd’hui on peut voir des vestiges ou des musées donnant de multiples informations, mais le plus important est de rendre visite à ceux qui subsistent encore. Alors nous voici avec le peuple Uros. Ce peuple a des racines très anciennes, venant des Andes ils ont fuit les incas lors de leur expansion. Ils sont arrivés au lac Titicaca, où ils ont trouvé une seconde chance. Faisant preuve d’ingéniosité et d’adaptabilité, les uros ont construit des villes très… atypiques. Ce sont en fait plusieurs îlots faits de roseaux qu’il peuvent déplacer à leur guise. Les maisons et les bateaux sont fabriqués avec ces mêmes roseaux, un matériau que les uros ont su utiliser pour leur survie.
Non loin de là, se trouve une autre île, plus grande et faite de terre celle-ci, nommée Taquile. Le cadre était beau et l’accueil chaleureux. J’ai mangé dans un petit restaurant en terrasse avec vue sur le lac et même sur les montagnes côté Bolivie. Le guide nous a ensuite présenté ses confrères de l’île. Leur mode de vie, leurs coutumes, la pratique du tissage, on a même eu droit à une petite danse. C’est étonnant tous les aspect différents qui ont fait naître cette « nouvelle » culture. Ils pratiquent la culture en terrasse comme les incas, le tissage à la façon des anciennes cultures andines et leurs habits et coutumes dateraient de la période coloniale. Mais l’occidentalisation ou américanisation ne semble pas avoir touché cette belle île. Île sur laquelle pousse la très jolie fleur Cantuta Buxifolia, la fleur nationale du Pérou.

 

 

3 – La ville de Puno

S’il ne faut pas rater le lac Titicaca, les alentours richissimes, la ville de Puno même ne présente finalement que peu d’intérêts. Excusez ma franchise mais Puno est plutôt un point d’ancrage pour ensuite visiter les îles du lac et les sites archéologiques proches. Le cadre reste franchement sympa, j’ai apprécié les balades au bord du lac. Surtout au petit matin, quand on voit le soleil se lever à l’horizon au-dessus du la petite mer. J’ai précédemment parlé de la légende inca, on retrouve à Puno trois statues placées sur des points élevés de la ville qui rappellent cette légende : un condor, un puma (que je n’ai pas pris en photo) et Manco Capac.
Quand on marche vers le centre historique de la ville, on reconnaît l’architecture coloniale espagnole grâce à ces grands bâtiments aux larges balcons. Vous trouverez tout un tas de restaurants, et, étonnamment, surtout des pizzerias. Ne fâchez pas les locaux. Plutôt orgueilleux, ils les trouveront meilleures que les pizzas italiennes, rien que ça ! Vous trouverez aussi un grand marché couvert dans lequel vous trouverez de tout : des fruits, des légumes, de la viande (découpée devant vous…), des jus, des produits ménagers, du fromage… De quoi vous offrir un plaisir par jour, ou plus pour les gourmands. Puno abrite une cathédrale qui vaut le détour, même si elle n’est pas aussi jolie que celles de Cusco ou Lima.

 

 

4 – Les sites archéologiques

Proche de Puno, sur les plateaux de l’altiplano, se trouve le domaine de Sillustani. Un lieu antique qui nous ouvre une fenêtre directe vers les sociétés précolombiennes. À travers 160 tours environs, on apprend sur les cultures anciennes, leur vision de la mort et de la vie. Les élites étaient enterrées dans ces tours qui deviendront leurs nouvelles habitations. Le plateau est un lieu de paix d’où surgira une nouvelle société, le lac proche leur donnera l’eau et de quoi se nourrir, et les champs les céréales pour une nouvelle vie. C’est ce que croyait les peuples andins, Sillustani est un lieu de renaissance et non un lieu de repos des morts.
Dans le registre de la vie, vous pouvez aussi découvrir le temple de Chucuito. Le temple de la fertilité et toutes ses statues en forme de pénis. Je ne veux pas paraître puéril mais je dois avouer que ça m’a donné le sourire. Il valait mieux car le lieu n’est pas aussi magique que Sillustani. Le temple se situe au centre d’une ville entouré de grillages et est tout petit, on fait vite le tour. En plus, le guide n’a pas apporté beaucoup d’informations, peut-être n’était-ce pas le bon ? Alors j’ai pris quelques photos, je me suis amusé à voir des touristes s’asseoir sur des statues et je suis parti aussitôt.

Aller plus loin

Sillustani

 

La région de Puno est une très belle région qui a beaucoup de choses à donner. Toutes les richesses, humaines et culturelles, sont bonnes à prendre. N’oubliez pas de passer de bons moments dans les restaurants et les bars de Puno où la vie bat son plein.

 

Guide Partir au PérouPartir au Pérou

Pour ceux qui souhaitent partir au Pérou et découvrir ses lointaines contrées, ce guide propose l’essentiel à connaître avant de partir à l’aventure : 3 grandes régions, les langues, la monnaie, se préparer.

Plus d’informations

  • Appareil photo : Nikon D5100
  • Période : Hiver
  • Année : 2015

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.