La Picasso Mania continue dans ce nouvel article. Petit rappel : l’exposition se déroule jusqu’au 29 février au Grand Palais à Paris. Malgré plusieurs œuvres majeures dans le début de sa carrière comme Les Demoiselles d’Avignon ou Guernica, ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que Picasso devient célèbre. Plusieurs rétrospectives lui sont dédiées en Europe et de l’autre côté de l’océan tel ce film d’Henri-Georges Clouzot en 1955 Le Mystère Picasso. Ajoutez à cela un engagement politique et intellectuel au sein du Parti communiste français et du Mouvement pour la paix, une maîtrise parfaite des médias et de son image, et vous avez une star de son époque.

 

Le pop Picasso

Femme au chapeau fleuri de Roy LichtensteinL’Histoire continue son déroulement et c’est au tour du mouvement Pop de faire des émules. Aujourd’hui encore on apprend dans les écoles au moins un artiste issu de ce mouvement. Mais ces artistes avaient eux aussi leurs propres influences. Picasso etait l’une d’entre-elles, plus qu’une influence c’est une icône. L’un de ces artistes est Roy Lichtenstein (que l’on a déjà vu ici) qui trouva en Picasso une source plastique fondamentale. Dans les années 1960, alors qu’il est parfaitement connu dans le monde du Pop Art, Roy Lichtenstein peint une série d’œuvres inspirées par son aîné. Il met les peintures de Picasso à la sauce pop, en les simplifiant, en leur redonnant des couleurs vives, pour leur redonner une image populaire.

 

Au crépuscule de sa vie

Le baiser de PicassoFidèle à lui-même, Picasso poursuit ses travaux dans son style qui lui est propre. Des personnages à la fois complexes et simplifiés, on retrouve toujours la synthèse de plusieurs points de vue en un seul, les couleurs sont ternes, quoi que les objets paraissent moins géométriques. Un exemple en est Le baiser qui fut exposé en 1973 au Palais des Papes d’Avignon. Cependant dans une période de formalisme (abstraction radicale), ces nouveaux tableaux n’ont pas été accueillis à leur juste valeur. Dooglas Cooper, historien de l’art et collectionneur les qualifiera de « gribouillages incohérents exécutés par un vieillard frénétique dans l’antichambre de la mort ». Quelques rares artistes comme David Hockney perçoivent tout de même la qualité du travail fourni par un Picasso toujours virtuose.

 

Bad Painting

Painting drawing de George CondoSi les dernières œuvres de Picasso ont été certainement ridiculisées, au lendemain de sa mort elles seront le terreau pour une nouvelle génération de peintres. Cinq de ses derniers tableaux seront même présentés à l’exposition « New Spirit in Painting » qui eut lieu à Londres en 1981. C’est peut-être, avec l’exposition du Musée Guggenheim de New York en 1984, le plus bel hommage rendu à l’artiste. Dans le sillage de ces œuvres et expositions naîtra les Bad painters, les Nouveaux Fauves. Un nouveau retour à la source, preuve que la vision linéaire dans l’Art n’est pas la bonne.

 

Antiquity de Jeff KoonsPremière partie

En espérant avoir donné l’envie chez vous de découvrir l’exposition et l’artiste Picasso à travers ses œuvres et les artistes contemporains qu’il a influencé. Si vous avez raté la première partie, c’est par ici.

Picasso Mania – Première partie

Découvrez les guides

Les guides gratuits pour voyager au Pérou.

Voir tous les guides
Guide Partir au Pérou

  • Pays : France
  • Ville : Paris
  • Année : 2015

Laissez un commentaire