Continuons dans ce beau musée de la Recoleta (si vous avez loupé la première partie). Quand on croit avoir fini de voir des petites merveilles, il y a toujours une nouvelle salle qui s’ouvre à soi. Dans la partie précédente nous avons vu la période précolombienne, maintenant nous allons passer à la période chrétienne.

Le Christianisme au Pérou

Les premiers colons espagnols ont amené avec eux des hommes de foi. Des prêtres qui avaient pour but de convertir les futurs païens en chrétiens voués à Dieu. Le musée de La Recoleta met à disposition des explications sur la religion dans le Pérou précolombien et expose les premiers évangélisateurs.

Religion au Pérou antique

Le Pérou antique était constitué de nombreux royaumes, nations et ethnies. Chacune d’elles priait ses propres Dieux et avait son organisation religieuse. Les manifestations à travers leurs prêtres, les temples et les festivités étaient aussi inhérent à chaque culture. Les Dieux, masculins, avaient leurs homologues féminins. Si le panthéon était riche en divinités, leur nombre décroissait au fil du temps, oubliant ainsi les fonctions de certains Dieux. Les rituels devenaient exclusivement dédiés à l’agriculture et à la production, dont dépendait la survie du groupe.

C’est grâce aux prêtres chrétiens et aux chroniqueurs que nous connaissons une partie de ces rituels et les principaux traits caractéristiques. On sait par exemple que dans certains rituels du Pérou préhispanique, les prêtres aspergeaient leurs idoles avec de la chicha sacrée, de la farine et du sang issue des sacrifices. Le don de coca, vêtements, céramiques, coquillages et animaux étaient une manière commune de faire une demande aux Dieux. Les fouilles archéologiques qui ont suivies quelques siècles plus tard, confirment les récits des premiers colons. Ces rituels ont duré plusieurs millénaires dans la période du Pérou antique.

Les Recoletos

Du latin Recoletum, les recoletos ont construit des couvents franciscains situés loin des villes. Ce qui explique pourquoi l’église est de l’autre côté de la rivière. C’est avec le temps qu’elle a été englobée par la ville en expansion. Les recoletos ont donc été présents dès les premières heures de la colonisation et avaient pour but d’évangéliser les populations locales. Ils ont la particularité de se réveiller à 1h du matin, pour faire les prières justement nommées « matinales ». Ensuite, de 1h à 3h du matin, ils continuent de prier exclusivement en faveur de la Sainte Vierge. Le silence religieux prend tout son sens, personne ne le rompt avec quelconque parole.

Etape de transition

Suite à la capture de l’empereur Inca Atahualpa, l’ancien Pérou connut 50 ans d’instabilité politique et de conflits sociaux. Le contexte qui y régnait n’était pas très propice à l’évangélisation, les prêtres chrétiens se heurtèrent notamment aux langues andines. Donc avant de faire de ces peuples des peuples chrétiens, il y eut ce qu’on appelle « L’étape de transition ». Les vieux cultes précolombiens se sont mêlés au christianisme importé par les conquistadors. Peu à peu, l’évangélisation effectuée par les différents ordres religieux eut raison des cultes andins. En effet, si vous allez au Pérou, vous verrez que la population est très croyante de leur Dieu unique.

 

La bibliothèque

Pour finir la visite du musée, vous allez monter en haut de l’église (d’où vous aurez une belle vue sur Arequipa) et vous découvrirez la grande et belle bibliothèque de la Recoleta. C’est ici que les franciscains apprenaient l’ensemble des sciences de leur époque, comme la spiritualité. Ça n’est donc pas étonnant de voir autant de livres mais aussi des cartes d’Amérique du sud et du monde entier. Le savoir du vieux monde a été introduit au Pérou par le biais de ces religieux de tous ordres.

N’hésitez pas à faire part de vos expériences dans les commentaires. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Arequipa, voici une description de la ville et quelques uns des musées à voir.

  • Pays : Pérou
  • Ville : Arequipa
  • Année : 2015

Laissez un commentaire