Située au cœur de Pueblo Libre, le musée national est sûrement le musée incontournable de Lima. Pour seulement quelques soles on passe facilement deux heures plongé dans l’histoire des cultures anciennes qui ont façonnées le paysage d’Amérique latine et qui sont à l’origine de l’actuel Pérou. Quiconque entre dans ces lieux sera fasciné.e par la richesse culturelle et matérielle qu’ils renferment. Le musée propose des expositions temporaires concernant une autre culture du monde, de quoi ajouter à la surprise. Vous êtes prêt à remonter le temps ? À découvrir de belles et incroyables choses ? Alors c’est parti !

 

1 – Les premiers hommes

Hommes des cavernesLes premières traces des Hommes entre les montagnes des Andes remontent à 11 000 ans avant J.C.. Très similaires aux premiers êtres humains en Europe, ils vivaient dans des grottes et se nourrissaient de la chasse et de la cueillette. Les hommes pratiquaient principalement la chasse avec des armes basiques crées en bois en pierre, taillées pour former une pointe afin de mieux tuer. Tandis que les femmes et les enfants participaient à la récolte de la production végétale.
C’est 500 ans plus tard que les êtres humains ont habité les côtes (d’après les fouilles). Contrairement aux Hommes des Andes, ils vivaient principalement de la pêche. On y voit les premiers crochets pour attraper les poissons et les premiers sacs en fibres végétales pour les stocker. On y voit aussi la pratique de la récolte des fruits de mer dans le but de les manger mais aussi d’en faire des bijoux. L’arrivée du feu leur a permis de mieux s’alimenter et d’affronter un monde inhospitalier.

 

2 – Paracas

La société Paracas

La culture Paracas est une culture précolombienne (avant l’arrivée de Christophe Colomb) ayant vécu de 800 à 200 av. J-C au sud du Lima actuel. Elle s’organise comme une société théocratique mais très complexe. L’élite à la tête de la société cumule pouvoirs politiques, religieux et militaires. Nous avons au second niveaux les artisans spécialisés puis au dernier niveau le peuple, majoritairement des pêcheurs et des agriculteurs. Les paracas ont su profiter des ressources marines à leur portée mais aussi de ressources que l’on trouve bien plus loin à l’intérieur des terres. Grâce à un réseau commercial longue distance, la société a pu se procurer poils de camélidés et obsidiennes des Andes ou encore des plumes colorés provenant des oiseaux d’Amazonie. Ils incorporeront ces produits venus d’ailleurs dans leurs objets quotidiens.

Les tombes Paracas

Il est important de savoir que les habitants ne vivaient pas dans des maisons, des cabanes ou des huttes, du moins dans un premier temps. En effet, le climat de la côte était quasi-désertique, il y faisait très chaud. C’est pourquoi les paracas ont préféré vivre dans des cavernes souterraines construites en pierre pour garder une certaine fraîcheur. Nombre de ces logements ont été convertis en tombes dans lesquelles des centaines de momies ont été déposées ; accompagnées d’offrandes telles que des céramiques ou de la nourriture.tombes-paracas
Ci-dessus vous pouvez observer une reconstitution d’une tombe paracas.

Ces tombes correspondent à la période Paracas final, entre 250 et 200 av. J-C, avant que la culture Paracas se fonde dans la culture Nasca.

Savoir-faire textile

A la fin de sa vie, la culture paracas avait adopté un style « couleur en bloc ». Autrement dit, les textiles en fibres de camélidés étaient pourvus de motifs naturels hautement colorés. Ils ont mis au point diverses techniques : la broderie (figure gauche), le tressage « plat » (figure centre), le nouage (figure droite) et bien d’autres. Les habitants portaient manteaux, panchos, chemises larges et étaient coiffés de turbans colorés.

paracas-textile

 

3 – Tiwanaku

La civilisation Tiwanaku s’est développée depuis les plateaux Collao proches du lac Titicaca à partir du Ier siècle après J-C jusqu’au XI s.. À 3800 mètres d’altitude les rigueurs du climat limitent considérablement l’activité agricole. Pour pallier ce problème, seuls les produits résistants à la fraîcheur ont été cultivés, comme les patates ou le quinoa. De plus, ils ont mis au point un système de « champs surélevés », créant ainsi des micro-climats plus propice à la culture de légumes. En complément, on retrouve dans leur repas du poisson, des camélidés et des produits provenant des vallées occidentales et orientales qui entourent le lac Titicaca.
Le centre, la capitale pourrait on dire, était la cité de Tiwanaku où se retrouvaient des assemblées religieuses autour des portes du Soleil, le tombeau mi-souterrain et la pyramide en quinconce de Akapana.

Les céramiques

tiwanaku-ceramiqueDe façon générale, sur les céramiques Tiwanaku étaient dessinés des motifs symétriques, notamment le cercle. Avec ces motifs ils représentaient des formes humaines. Les couleurs utilisées étaient le noir, l’ocre, le rouge, le blanc et le gris. On voit aussi des reliefs légers sur les céramiques de formes allongées.

Continuez la découverte des cultures précolombiennes ayant existées dans le territoire de l’actuel Pérou, elles nous révèlent leurs secrets.

Statuette Chancay

Découvrir la suite

Vous êtes à un clic de la suite du Musée national de Lima. Découvrez d’autres cultures pré-colombiennes ainsi que leurs savoir-faire.
Faites un petit tour de musique dans l’ancien Pérou.
Musée national – Deuxième partie

Découvrez la ville de Lima

 

Découvrez les guides

Tous les guides gratuits pour voyager au Pérou. Les essentiels à penser avant de se lancer dans l’aventure, plusieurs destinations à ne pas rater, les cultures qui ont peuplées le Nouveau Monde.

Voir tous les guides
Guide Partir au Pérou

  • Pays : Pérou
  • Ville : Lima
  • Année : 2015

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.