Situé dans l’Eglise la Recoleta qui se trouve de l’autre côté de la rivière Chili, le musée du même nom est une véritable mine d’or. L’église est belle mais pas plus impressionnante qu’une autre et seule une petite pancarte annonce l’exposition. Tout ceci pour dire que j’ai failli ne pas entrer et rater toute la richesse que peut offrir ce musée. Ça aurait été dommage de pas vous en parler quand même ! Pour la petite histoire (parce que vous aimez les histoires), l’église la Recoleta a été fondée par le Père Pedro de Mendoza entre 1648 et 1651. En 1869 elle fut convertie couvent de missionnaires apostolique. Et depuis 1978, elle est utilisée comme musée pour les touristes. Ce dernier reflète à merveille l’histoire du Pérou. Vous passerez par les civilisations pré-incas, l’empire inca et évangélisation par les espagnols. Mais ce n’est pas tout, vous entrerez dans une bibliothèque ancienne en passant par les forêts d’Amazonie.

 

Pérou pré-hispanique

Commençons par le commencement, autrement dit par ce que vous découvrirez sur les civilisations d’avant les espagnols. Ces civilisations qui ont duré plusieurs siècles et ont tant à nous raconter aujourd’hui.

Dieux et guerriers

Coiffe Chef wariC’était aux environs de 1100 avant J.C, le peuple Lambayeque au nord de l’actuel Pérou fut surpris par une flotte impressionnante de radeaux. Les nouveaux venus étaient dirigés par Naymlap accompagnés des ses nombreuses épouses. Ce qu’ils chérissaient tant étaient un idole finement taillé dans l’or dont le centre était composé d’une pierre verte, un Dieu guerrier. D’après les archéologues, cette culture Mochica a été, par son luxe et sa vigueur, l’alternative culturel et politique au développement de leurs ennemis plus connus : les Incas.
Chacun ses Dieux, chacun ses guerriers pour partir en guerre les uns contre les autres. mochicas comme incas ainsi que toutes les cultures pré-hispaniques, vivaient la guerre comme une procession. Les hommes étaient vêtus de leur plus bel apparat afin de mener un beau combat dans le but d’être bien vu par les Dieux. Vous avez un exemple de coiffe que portait les chefs waris lors des combats.

La culture Huari

Céramique HuariBasée dans l’actuelle région d’Ayacucho, la culture Huari a vécu de 700 à 1200 ans ap. J-C. Cinq cents ans d’histoire, pendant lesquelles ils ont marqué cette région du globe par leurs innovations. En architecture, ils ont fondé des villes dans une planification rigoureuse dont les incas s’inspireront pour bâtir leur empire et caractérisées par des habitations à deux ou trois étages. Les premiers immeubles de l’ancien Pérou. Au niveau de la céramique, les huaris ont inventé la technique du moule, permettant la fabrication à grande échelle. Je rappelle que les céramiques n’étaient pas seulement utilisées pour la vaisselle quotidienne mais aussi pour décorer et faire des offrandes aux Dieux.

La culture Chancay

Céramique de CahancayDe 1200 à 1400 ap. J-C, cette culture qui n’a vécu que deux siècles sur les rives du nouveau monde. En effet, elle s’est développée dans le département de l’actuelle Lima, la vallée de Chancay, d’où son nom. Son art de la céramique connut deux phases distinctes. La première, influencée par la culture Tiahuanaco et Huari. Les artistes de Chancay ont utilisé plusieurs couleurs aux colorants naturels comme le rouge, le noir et le blanc, caractéristiques des céramiques des cultures précédemment citées. Ensuite, est arrivée la phase dite « postérieure », durant laquelle les artistes ont crée des céramiques en argile poreux. Les couleurs quant à elles ont légèrement changées, passant du blanc au crème, du noir au marron foncé, le rouge n’ayant pas bougé.

Ci-contre, vous pouvez voir une céramique humanoïde de la période postérieure. Si elle est plutôt simpliste par rapport à d’autres cultures de la même période, on voit bien les couleurs utilisées dans un magnifique aplat.

 

L’Amazonie

Il me semble que personne n’est insensible à ce nom d’Amazonie, tout le monde à forcément des images qui lui arrivent dans la tête. Plus ou moins attrayantes, elles résultent d’une fascination pour cette vaste étendue de forêt. Une immensité verte et tropicale renferment des milliards d’individus, humains ou animaux. Parfois appelée « poumon du monde », c’est la vie qu’elle porte en elle.

Au Pérou, l’Amazonie représente presque deux tiers du territoire. On y dénombre environ 333 mille natifs de différentes ethnies répartis en 1500 communautés. Les natifs vivent dans des maisons faites à partir de plantes et de bois. Ils ne connaissent pas la propriété individuelle et se répartissent les terres de façon équitable. 86% d’entre eux n’ont pas d’électricité et 92% n’ont pas l’eau courante. Mais en ont-ils vraiment besoin ? Le boom de l’électroménager s’est produit très loin de chez eux et l’eau est directement puisée dans les rivières et les fleuves. Je serai ravi de vous en dire plus mais j’écrirai un article dédié à l’Amazonie prochainement. Si le musée dévoile quelques informations, le plus impressionnant reste la vue de tous les animaux empaillés. Comme vous pouvez le voir plus haut, il y a des oiseaux dont les perruches, des mygales, des serpents, des piranhas, tatous, crocodiles… De quoi faire de beaux rêves pendant vos magnifiques vacances.

Après ces petites bestioles toutes mignonnes vous pouvez passer à la seconde partie du musée de la Recoleta.

  • Pays : Pérou
  • Ville : Arequipa
  • Année : 2015

Laissez un commentaire