Le musée d’art précolombien se trouve au centre de Cusco. À quelques pas seulement de la place principale et derrière la cathédrale. Si Cusco est une ville culturellement riche et qu’il y a beaucoup à faire, prenez un peu de temps pour ce musée qui en vaut la peine. Vous y découvrirez de nombreux objets crées par les artisans de toutes les régions de l’ancien Pérou.

 

1 – Epoque formative

Le musée démarre par une salle nommée la Salle formative, celle-ci correspond à l’époque du même nom. L’époque formative c’est la période charnière entre les « hommes des cavernes » et les premières civilisations de l’ancien Pérou. Cela correspond environ à 1250 avant J-C à l’an 1 de notre ère. Durant cette période, diverses cultures ont vu le jour entre les côtes du Pacifique et la cordillère des Andes. C’est le cas des petites cités de Cupisnique, Salinar, Vicus, Virú et Paracas.

On peut voir dans ces cultures les prémices des futures sociétés. Avec des caractéristiques politiques, religieuses et administratives propres à chacune. Dans cette logique de construction culturelle, l’art céramique a connu un véritable essor. Les techniques de peinture comme la sculpture ont été largement enrichies dans le but de créer des représentations naturelles et symboliques.

Représentation de vagues

Bouteille en céramique CupisniqueCette bouteille en céramique de la culture Cupisnique présente la technique de l’incision. Grâce à de petits outils en os ou pierre, ils creusaient dans la céramique encore malléable. De cette façon la décoration se confond avec la forme. Le contenant s’identifie au contenu, le sens est incrusté dans l’objet. Plus tard, l’usage du pinceau remplacera la technique de l’incrustation.
Sur cette bouteille on peut donc voir une série de vagues finement taillées. Représentation récurrente des cultures vivant au bord d’une mer ou d’un océan. Comme les Grecs de l’Antiquité pour ne citer qu’eux.

Cruche anthropomorphe

Cruche anthropomorphe ViruÇa ne saute pas aux yeux mais cet objet est bien une cruche. Elle a été confectionné par les artisans de la culture Virú et représente un individu presque nu. Aucun des attributs n’a été mis en avant. Ni même des joyaux pourtant apparus à cette époque et dont certains, comment nous le verrons plus loin, sont vraiment beaux. Plus que la beauté, ces joyaux avaient une signification particulière.

Mais pour les Hommes de la période formative ce n’était que superflu, ils attachaient une grande importance à la représentation humaine. Et cela passait par la nudité du corps. Cette représentation s’incorpore au panthéon des divinités de la culture Virú.

 

2 – La salle des bijoux marins

La visite se poursuit dans une salle sombre à peine éclairée, la salle des coquillages. Depuis des millénaires les hommes ont eu ce besoin de croire. Sûrement parce qu’ils ne pouvaient tout expliquer, alors ils faisaient appel à une ou plusieurs entités supérieures. De plus, ils avaient besoin de s’identifier à eux et de communiquer avec eux. C’est pourquoi partout dans le monde sont nés des rites et cérémonies variés.

C’est dans cette logique et ce besoin que les humains de l’ancien Pérou ont confectionné des objets et notamment des bijoux. Et vu qu’ils étaient proches de l’océan, ce sont les coquillages qui ont eu ce rôle d’intermédiaire entre les Hommes et leurs Dieux.

Pectoral Nazca

Pectoral NazcaDans ce bijoux on peut admirer le spondyle, c’est la variété de coquillage qui a le plus attiré l’attention de l’Homme. Et plus particulièrement le spondylus princeps, pour ses tonalités roses orangés. Ce collier a certainement été porté lors d’une cérémonie religieuse. Il nous dévoile aussi le travail des artisans de l’époque. Sa volonté à travailler les plaques de spondyle, à leur donner des tailles inégales pour former un bel ensemble adapté au corps humain. Il lui donne du volume, joue avec les couleurs pour finalement obtenir un pectoral somptueux.

 

3 – La salle d’argent

Continuons dans la salle d’argent. Tout aussi sombre que la précédente, elle n’en est pas moins impressionnante. De nombreux objets finement taillés brillent dans toute la pièce comme de petites étoiles. Le travail du métal est directement lié aux cultes. Si ce sont les artisans qui créaient les objets de culte, ce sont les élites qui les détenaient. Ce travail de l’argent remonte à 1500 ans avant J-C environ. Les plus vieilles trouvailles datées de cette époque ont été découvertes à Waywaka à Apurímac, dans les montagnes les plus hautes de la Cordillère des Andes. L’argent a longtemps été considéré comme l’or blanc d’Amérique. Depuis les temps anciens, il a une forte valeur symbolique et a été associé aux éléments féminins de la nature.

Les petits oiseaux

Tupus en forme d'oiseaux - ChimuCes petits oiseaux en argent datent de l’époque Impériale, entre l’an 1300 et l’an 1532 de notre ère. On peut admirer le travail des artisans de la culture Chimú. La précision et le réalisme qui ressort de ces touts petits objets. Vous vous demandez certainement quelle est leur utilité. Ce sont en fait des túpus, des sortes d’épingles qui servaient à accrocher les ponchos.

 

4 – La salle d’or

Après l’argent voici le deuxième métal très prisé des cultures précolombiennes : l’or. Depuis sa découverte, il a toujours suscité intérêts et même désirs. Comme nous l’avons vu dans le Musée Rafael Larco Herrera, l’or a un caractère sacré. Il est donné en offrande aux plus importantes divinités de l’ancien Pérou. Les élites portaient tout un éventail d’objets finement taillés par les orfèvres hors pairs de l’époque. Pour s’identifier à leurs Dieux mais aussi pour accéder à une autre vie. Masque, boucles d’oreilles, colliers, bijoux pour le nez, pectoraux… étaient des objets courant dans les tombes précolombiennes.

Petites couronnes

Couronnes en or - ChimuJe vous présente un autre très bel objet ou plutôt une série d’objets. Ce sont des couronnes faites en or par des artisans de la culture Chimú entre l’an 1 et l’an 800 de notre ère. Celles-ci sont de tailles réduites mais le travail fourni n’est pas moindre que pour des couronnes plus grandes. Leurs décorations demandent peut-être encore plus de précisions et plus de soins. On a retrouvé de nombreuses petites couronnes, tant en or qu’en argent.

 

Totem en bois - Chimu5- La salle du bois

Nous terminons cette première partie sur le musée précolombien de Cusco dans la salle du bois. Le bois est peut-être le premier élément naturel que l’Homme a su apprivoiser. Dans le but de créer des armes pour la chasse ou la pêche, des maisons pour se loger ou plus tard pour garder le feu allumé. L’usage a été élargi a toutes les activités humaines, le bois a donc d’abord été utile.

Avec l’arrivée de toutes sortes de croyances, un rôle différent a été attribué au bois. Les Hommes ont commencé a créer des représentations de leurs idoles et divinités. Les artisans du monde entier et de toutes les époques ont sculpté d’innombrables pièces formidables. Dans cette salle se trouve un tout petit échantillon. Des pièces crées par les humains de l’Ancien Pérou.

Totem Chimú

Voici un très bel exemple de sculpture, provenant de la culture Chimú de l’époque Impériale. Ce totem représente un personnage distinctif de l’iconographie Chimú. On peut très bien voir le travail de l’artisan et sa maîtrise des formes et un sens du détail. Nous pouvons distinguer une tête angulaire, une grande coiffe et une paire de boucles d’oreilles. C’est une chance d’avoir une figurine rituelle en bois aussi bien conservée.

 

Plat poissons NascaDécouvrir la suite

Pour découvrir plus d’objets et de cultures, entrez dans la seconde partie où je vous ouvre les autres salles du grand musée des cultures précolombiennes du Pérou.
Musée d’Art précolombien – Deuxième partie

Cusco

 

Découvrez les guides

Tous les guides gratuits pour voyager au Pérou.

Voir tous les guides
Guide Partir au Pérou

  • Pays : Pérou
  • Ville : Cusco
  • Année : 2015

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.