1 – Le centre de Cusco

Situé en plein cœur des montagnes andines, à 3 400 mètres d’altitude, Cusco s’étend de la vallée jusqu’au flanc des montagnes avoisinantes. Cette ville est très riche sur le plan culturel, on peut y déceler les empruntes de chaque étape de son histoire. Les premières merveilles que l’on peut voir sont les nombreuses églises et cathédrales construites suite à la colonisation des espagnols. Il est possible de toutes les visiter (même si ce n’est pas toujours gratuit) et d’en admirer l’intérieur. On peut aussi remarquer le style colonial avec lequel a été construit les bâtiments centraux, avec ses multiples balcons joliment décorés. Le but à l’époque, a été d’imposer la culture espagnole et d’évangéliser le peuple autochtone. Dans ce même but, s’est développée l’école cusquénienne, une école regroupant des peintres qui pratiquaient leur art en empruntant au style espagnol tout en incluant des éléments visuels propres aux cultures andines. Leurs tableaux sont exposés au musée Arzobispo, qui vaut le détour, mais ce n’est pas le seul. C’est le cas notamment du musée d’Art précolombien qui renferme une richesse importante de la région. Des objets admirables accompagnés d’informations pour la plupart traduites en français. Vous n’avez plus qu’à lire et vous enrichir.

 

Capitale Inca

Cusco a été la capitale du plus grand empire qu’est connu l’Amérique du sud. Le « centre », c’est ce que Cusco veut dire en quechua, la langue des incas. D’après la légende, Mama Ocllo et Manco Capac sont nés dans le lac Titicaca. Le Dieu Inti leur a confié l’ambitieuse mission de civiliser le monde. C’est alors qu’après des centaines de kilomètres parcourus, ils vont fonder le centre du futur empire inca : Cusco. C’est de ce point central que l’empire Inca s’étendra, pour former un empire qui va de l’actuel Chili à l’actuelle Colombie. Notamment grâce au neuvième inca, Pachacutec, qui entreprit de vastes opérations militaires. Vous trouverez une statue dédiée à sa mémoire sur la place principale.
Lorsqu’on se balade dans les rues de Cusco, on peut facilement identifier les anciens murs de cette capitale inca. En effet, les espagnols ont construit leurs propres bâtiments sur la base des constructions des colonisés. Des énormes pierres sont parfaitement juxtaposées les unes aux autres. Les incas ont taillé ces pierres de façon à ne pas laisser d’espace entre elles, d’où la célèbre pierre à douze angles. Imaginez le travail titanesque que représente la construction de l’ensemble de ces murs. De plus, on peut identifier plusieurs portes du soleil, symboles du culte Inca. Le musée Inca (il porte bien son nom) permet d’en savoir plus sur leurs arts et leur histoire.

 

 

2 – Saqsaywaman

On dit que Cusco a été construite en forme de puma, symbole de force dans les croyances incas, et Saqsaywaman (ou Sacsayhuamán) en serait la tête. C’est ce fortin situé 300 mètres d’altitude au-dessus de Cusco qui a été la défense principale de la cité. Formée de trois rangés de murs en dents de scie (ainsi, quiconque s’attaque au mur expose au moins un de ses flancs à l’ennemi) et de trois tours, les chercheurs n’expliquent toujours pas comment les incas ont réussi à acheminer les rochers jusqu’à ce perchoir, ni comment ils les ont assemblés les uns aux autres. Le bloc le plus imposant mesure 9m de haut, 5m de large et 4m d’épaisseur, pour un poids d’environ 350 tonnes. La construction de Saqsaywaman initiée par Pachacutec et son architecte Huallpa Rimachi aurait mis plus de 50 ans. Un caractère défensif mais aussi un lieu de culte. Puisque c’est ici que la fête du Soleil, ou Inti Raymi, en quechua finit sa procession. Pendant des heures on peut admirer des danses andines et écouter la prière de l’Inca faite au Dieu Soleil.

Aller plus loin

L’Inti Raymi

 

 

3 – La vallée Sacrée

Ça fait rêver « la vallée Sacrée » n’est-ce pas ? Cela correspond à une partie de la région de Cusco, dans laquelle on peut visiter différents sites archéologiques. Des guides vous y amèneront avec plaisir, demandez simplement « la valle Sagrado », il est tout de même préférable de s’y prendre en avance. La première destination est l’ancienne cité de Pisaq à l’entrée de la vallée Sacrée, un lieu autrefois stratégique pour les Incas. On y découvre les traces des activités principales de leur culture. Le versant de la colline est couvert de cultures en terrasses encore utilisées, en haut on y trouve les fortifications ainsi que les ruines d’un ancien temple. On suppose qu’ici les incas développaient leurs connaissances du ciel et des étoiles. Enfin, on peut voir au flanc de la montagne les anciennes sépultures qui ont été pillées par les espagnols. La visite se poursuit dans la ville nouvelle de Pisaq. Ici, les habitants ont gardé le savoir-faire du travail de l’argent, toujours artisanal, et confectionnent de très beaux bijoux.
Les guides vous amèneront ensuite à un deuxième site inca tout aussi intéressant : l’ancien fort d’Ollanta y Tambo. Sa fonction était principalement défensive, elle devait barrer la route du nord à tout intrus. Il est donc logique d’y découvrir des fortifications ainsi que les ruines d’une ancienne caserne. Mais comme tous les sites incas, ce dernier a aussi une fonction religieuse, est présent un imposant temple du Soleil. Sur la montagne en face on peut voir le profil d’un Inca taillé à même la pierre. Si on reste jusqu’au soir, c’est par ce point que le soleil se cache derrière la montagne, autre preuve du culte du Soleil imposé par les Incas.

Cusco et sa région ont de belles choses à offrir, on peut passer plusieurs jours en étant certain que les surprises seront au rendez-vous. Partout il est possible d’acheter des objets de bonne qualité. Ne vous privez pas d’amener avec vous de beaux souvenirs et d’en offrir à votre famille.

 

Guide Partir au PérouPartir au Pérou

Pour ceux qui souhaitent partir au Pérou et découvrir ses lointaines contrées, ce guide propose l’essentiel à connaître avant de partir à l’aventure : 3 grandes régions, les langues, la monnaie, se préparer.

Plus d’informations

  • Appareil photo : Nikon D5100
  • Période : Hiver
  • Année : 2015

Laissez un commentaire