Colomiers, ville très peu connue du sud de la France. Se situant à l’ouest de Toulouse elle n’attire pas vraiment les projecteurs. C’est en effet ce que l’on appelle une « cité-dortoir », dans laquelle quelques milliers de travailleurs ont élu domicile. Mais pourquoi? Tout simplement parce que la ville est proche de Blagnac et de l’industrie aéronautique. Je suppose que tout le monde connait Airbus, sinon je vous invite à vite vous renseigner ! C’est donc des travailleurs qui dorment à Colomiers et qui font tous les matins et tous les soirs le trajet Colomiers-Airbus. Et c’est ce qui fait la réputation de cette ville où l’on s’imagine un tas d’immeubles entassés les uns à côté des autres. Entre la terre et le ciel il n’y aurait que le béton pour nourrir nos yeux. Ce n’est pas tout à fait faux mais pas tout à fait vrai non plus.

Entre les buildings columérins se trouvent des quartiers pavillonnaires aux jardins et clôtures parfaitement entretenus. Mais on y trouve aussi des parcs, on y respire la nature, on y côtoie des terrains de sport où petits et grand s’affrontent dans des matchs épiques et rêvent à devenir de véritables champions. Des pros quoi! Quand j’étais petit on voulait tous êtres des zizous, maintenant… je dois me faire vieux. Passer la fontaine on y croise des écoles, desquelles les plus petits sortent en courant pour rejoindre leurs parents en criant « Maman ! Papa ! ». Dans certaines écoles on y apprend la musique, c’était une agréable surprise d’accueillir ces douces mélodies tout en se baladant dans les chemins boisés. La culture est au centre de Colomiers avec cette belle médiathèque assez récente, ce cinéma et surtout… le Festival de la BD. Il se tient tous les ans au mois de novembre et c’est quelques milliers de jeunes et de moins jeunes qui se retrouvent pour partager la même passion : la BD. De nombreux auteurs viennent exposer leurs travaux et faire des dédicaces. De même, les plus jeunes sont invités à participer à un concours BD. Pour plus d’informations dirigez vous vers bdcolomiers.com.

On pourrait se sentir comme enfermé entre des barreaux, mais à l’intérieur de cette ville de béton la vie à repris ses droits. Et si l’on pouvait encore en douter il y avait toujours cet avion qui nous disait qu’il existe autre chose ailleurs.

  • Appareil photo : Fujifilm S3200
  • Période : Eté
  • Année : 2012

Laissez un commentaire