1 – Une ville des Andes

Arequipa, capitale de la région d’Arequipa (jusqu’ici tout va bien), se situe en plein milieu des Andes au sud du Pérou à 2 335 mètres d’altitude. Attention si vous venez de la côte, soyez équipé contre les maux de tête dus à l’altitude. Vous serez agréablement surpris par la beauté et la propreté de la ville. Ce n’est pas par hasard si elle est aussi nommée la Cité blanche. Les murs sont tous peints en blanc, ce qui donne un côté pur à la ville (à l’image de la cathédrale) et apporte la lumière dans ses rues étroites. Vous vous cantonnerez sûrement au centre de la ville, c’est là que réside sa richesse culturelle. Et si vous ne croisez que peu de personnes ne vous détrompez pas, Arequipa est la deuxième ville la plus peuplée du Pérou, après Lima bien évidemment. Il vous sera tout à fait possible de visiter la maison du premier maire de la ville : La Casa del Moral. L’entrée peut paraître petite mais l’intérieur est riche et beau. C’est certainement un des lieux à ne pas rater.

Le volcan Misti

Proche d’Arequipa vous pourrez facilement voir le volcan Misti. En effet, ce dernier culmine à 5 822 mètres d’altitude, de quoi bien dominer la ville en contre-bas. Vous verrez trois hauts volcans, le Misti c’est celui qui se trouve entre ceux nommés Chacani (6 075 mètres d’altitude) et Pichu Pichu (5 571 mètres d’altitude). Son nom serait une déformation du terme mestizo qui veut dire métissage. On suppose que ce nom reflète le fait que le volcan est enneigé en son sommet, blanc plus marron est égal à métissage.

Mais qu’est-ce que le Misti a-t-il de plus que les autres ? Ce n’est même pas le plus haut. Non, en revanche contrairement à ses deux confrères le Misti est toujours actif. C’est donc le 3e volcan le plus haut du monde et le 2e volcan actif le plus haut. Pour les amoureux du risque, il existe des expéditions pour voir le volcan de plus près…

Sanctuarios andinos

Musée très intéressant et connu car il abrite divers objets découverts dans des tombes d’enfants sacrifiés par les élites incas. Vous pourrez notamment voir la très célèbre « Juanita ». La plus connue oui, mais aussi la jeune fille momifiée la mieux conservée à ce jour. L’exposition ne commence pas directement dans le musée, mais par un reportage d’une vingtaine de minutes dans lequel il nous dévoile comment « Juanita » a été découverte. Vous saurez tout sur l’expédition menée par Johan Reinhard. Il nous apporte aussi quelques éléments sur l’Histoire des Incas et les raisons de ce sacrifice.

Le musée se poursuit avec un guide humain qui apporte des informations complémentaires au reportage. La visite dure une heure environ, pendant laquelle il n’est pas possible de faire de photos. Elle se termine par les photos de la momie et surtout, par le corps lui-même. Conservé dans une grande boîte réfrigérée, on voit assez bien le très bon état de conservation. Il est préférable d’y aller le matin car avec la condensation, la momie est moins visible.

 

 

2 –  Arequipa, la religieuse

Arequipa, comme toutes les grandes villes du Pérou, est une ville pieuse. Depuis la colonisation des espagnols, ce sont églises, monastères et une cathédrale qui ont été construits dans toute la ville. Bon nombre d’entre eux vous ouvriront leurs portes. La cathédrale propose une belle exposition mais ce n’est pas la seule. Le monastère de Santa Catalina va vous dévoiler la vie des religieuses d’antan. Vous trouverez également le musée de l’église de la Recoleta, peu visible, qui cependant renferme une grande richesse. De nouvelles fenêtres sur l’histoire du Pérou, des informations sur les régions reculées d’Amazonie. J’ai bien fait de m’y attarder, dire que j’ai failli passer à côté.

 

Visite de la cathédrale

La très belle cathédrale d’Arequipa se trouve au centre de la ville. Il est tout a fait possible de se prendre en photo devant et de repartir avec de beaux souvenirs, mais il est beaucoup plus enrichissant de la visiter. Cela vous prendra une heure de votre journée et vous n’en sortirez pas déçu.e. Vous serez guidé dans trois parties différentes : l’intérieur de la cathédrale, le musée de l’or et le toit.

La cathédrale a été reconstruite après le tremblement de terre au XVIIIe siècle. Le style architectural a glissé vers un style néo-classique, plus sobre que le style baroque très répandu au Pérou ; très blanc, parsemé d’objets de très bonne qualité. Durant la visite vous pourrez voir divers objets qui proviennent d’Europe comme une orgue venue de Belgique, du marbre d’Italie, la chaire de France, très finement taillé avec une belle sculpture représentant un diable. Vient ensuite le musée de l’or, composé de trois salles (dans lesquelles il est interdit de prendre des photos). Elles proposent d’innombrables objets richement détaillés tels que des objets de culte, des tableaux, des habits… Ecoutez bien le guide, il vous donnera pleins d’informations sur les habitudes et les croyances de l’époque coloniale. L’une des pièces marquantes est une statue de pélican très imposante. Un animal typique du Pérou qui, en cas de dernière nécessité, est prêt à se perforer le torse avec son bec pour nourrir ses enfants de son sang. C’est par sa capacité à se sacrifier qu’il est devenu une représentation du Christ.

 

Musée San Francisco

Tout comme la cathédrale, il est possible de visiter l’église de San Francisco. À travers ses pièces et ses objets vous découvrirez la vie des franciscains, leur histoire et leur évolution au fil du temps. Cette église fait partie de ce qu’on appelle l’ordre laïque car les franciscains qui y vivent sont pour une ville et un pays laïc. Ils assurent encore aujourd’hui une messe quotidienne. De nombreux cadeaux provenant du monde entier (Europe et Asie notamment) leur ont été offerts, ils sont exposés et le/la guide vous contera la petite histoire de chacun d’eux. À l’intérieur vous verrez une représentation de la vierge de Chapi, on la voit en haut de la photo de droite. Les franciscains changent ses vêtements régulièrement. Par exemple, à l’occasion de la fête nationale elle arborait les couleurs rose et blanche du drapeau péruvien. Enfin, vous aurez une nouvelle fois la chance de voir des tableaux de l’école cusquénienne, facilement reconnaissables aux filigranes en or apposés sur le tableau.

 

 

3 – Canyon de Colca

À une ou deux heures d’Arequipa se trouve le canyon de Colca, un très beau lieu à ne pas rater. Pour y accéder, de nombreuses agences peuvent vous y amener pour pas très cher. N’hésitez pas à comparer les prix entre elles pour partir avec la plus avantageuse. Toutes (ou presque) vous proposerons non seulement d’y aller mais aussi de vous faire accompagner par un guide dans une randonnée de trois jours.

Vous pourrez admirer des paysages naturels et sauvages, vous apprendrez de nombreuses choses sur la faune et la flore existantes dans la région. Surtout, vous pourrez prendre en photo les grands et majestueux condors. Il vous faudra vous lever au petit matin pour vous rendre au mirador, ils sont plutôt matinaux. Certains sont même venus avec des objectifs d’au moins 50 centimètres de long, sans blaguer ! Mais si vous êtes dans le cadre d’une randonnée, attention à ne pas trop vous charger. Notamment pour le dernier jour, le plus difficile des trois, il vous faudra  monter de la vallée jusqu’au sommet de la montagne. Pour les moins sportifs, il y aura toujours la possibilité de grimper à dos d’une mule à condition de prévoir au moins 60 soles. Malgré cette difficulté, le canyon de Colca est une très belle expérience à vivre.

 

Guide Partir au PérouPartir au Pérou

Pour ceux qui souhaitent partir au Pérou et découvrir ses lointaines contrées, ce guide propose l’essentiel à connaître avant de partir à l’aventure : 3 grandes régions, les langues, la monnaie, se préparer.

Plus d’informations

  • Appareil photo : Nikon D5100
  • Période : Hiver
  • Année : 2015

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.